22/02/2013

Ni no Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste ps3

Annoncée seulement quelques semaines avant l'ouverture du Tokyo Game Show 2010, la version de Ni no Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste ps3 était finalement présentée en version jouable sur le salon. L'occasion rêvée de découvrir ce que cet épisode nous réserve, sachant qu'il s'agit d'un soft bien différent de celui proposé sur DS, comme le souligne le sous-titre du jeu.

ninokuni-queen-of-the-holy-white-ash-playstation-3-ps3-00a.jpg

Si les deux histoires contées dans Ninokuni sur DS et PS3 sont indéniablement proches, le déroulement de l'aventure sera lui complètement différent. On ne sait pas encore de quelle manière les deux scénarios seront liés, quoi qu'il en soit, le point de départ est identique. Un adolescent nommé Oliver va tenter de retrouver sa mère décédée en pénétrant dans le Ninokuni, un deuxième monde qui reflète une autre vision de la réalité. Une fois passé de l'autre côté du miroir, Oliver découvre que la ville de Hotroit n'est plus tout à fait la même. On y croise des personnages à tête de chat et les environs sont infestés de créatures dangereuses. Et c'est par le biais d'un étrange lutin portant une lanterne au bout du nez qu'Oliver va découvrir les mystères que renferme ce monde imaginaire.

ninokuni-queen-of-the-holy-white-ash-playstation-3-ps3-019_m.jpg

Un scénario baignant allègrement dans la fantaisie et la magie, qui semble idéalement taillé pour un développement en collaboration avec le studio d'animation Ghibli. Apprécié dans le monde entier pour l'ensemble de sa production (Nausicaa, Mon Voisin Totoro, Princesse Mononoke...), le studio Ghibli a mis son talent au service du jeu vidéo en acceptant de se charger de l'animation et du character design de Ninokuni. De son côté, l'équipe de Level-5 (Professeur Layton, Dragon Quest VIII et IX) a mis son expérience à profit pour proposer un titre unique en son genre, orienté RPG et destiné à un très large public. Pour ne rien gâcher, le compositeur attitré des films Ghibli, Joe Hisaishi, a également accepté de signer les musiques du jeu. Autant dire que le premier contact avec le soft a de quoi émerveiller les plus insensibles des joueurs, et c'est encore plus vrai une fois la manette en main..... lire la suite

Commentaires

Si l’instruction de combat n'est nullement le point fort du jeu, spécialement à cause du fait qu'on ne peut jamais avoir un contrôle direct de ce que font nos assemblés, le développement de l'aventure nous entraîne aux valeurs âcres du J-RPG. On recouvre tout le charme d'un Dragon Quest 8 dans un terrain proche des films.

Écrit par : Anna | 22/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.