21/02/2013

GTA 4 test

Quelques mois après nous avoir charmé sur consoles, GTA IV débarque en grandes pompes sur PC. GTA IV, le nom suffit à déstabiliser tant on s'est imaginé ce que pouvait cacher le jeu le plus attendu de l'année. Trois longues années et quelques mois après San Andreas, la série pose ses valises à Liberty City, métropole inspirée de New York déjà théâtre des évènements de GTA III. Mais la comparaison n'ira guère plus loin, ce nouveau volet revisite un lieu déjà culte, pour lui apporter le soupçon de vie et de mystère qui vont émerveiller plus d'un joueur. Un vaste terrain de jeu transformé pour l'occasion en véritable enfer. Place aux règlements de compte.

telecharger gta 4

gtaipc00b.jpg

Taille et corpulence moyenne, barbe de deux jours, look banal et négligé, physique pas franchement avantageux... Niko Bellic n'a rien du héros qui roule des mécaniques et fait tomber ces demoiselles par dizaines. Aux antipodes de ce que dégageaient les Tommy Vercetti, Carl Jonhson et compagnie, le personnage que le joueur va incarner pendant plusieurs dizaines d'heures met de côté des clichés d'un autre temps. Rockstar a mûri avec sa série, plus inquiétante que jamais. Tout droit venu d'Europe de l'est, Niko rejoint son cousin Roman, installé à Liberty City, qui lui promet une vie tranquille et luxueuse, comme une retraite bien méritée. Un rêve américain qui, évidemment, va tourner court pour notre "homme des Balkans", rapidement confronté à une réalité plus sombre que celle que lui avait décrite ce bon vieux Roman. A son arrivée, Niko constate les dégâts.gtaipc054_m.jpg

Une compagnie privée de taxi au business peu florissant, une chambre d'hôtes qui comprend tout juste le minimum... Pas de strass ni de paillettes, pas de belles carrosseries ni de strip-teaseuses, pas même l'ombre d'un logement décent. La chute est rude. Le tableau imaginé par Niko est assombri par les tâches accumulées par son cher cousin, spécialiste reconnu pour s'attirer les foudres de zouaves peu recommandables. Celui-ci a en fait besoin des rares talents que possède Niko pour mettre un peu d'ordre dans une vie menacée chaque jour...

gtaipc051_m.jpg

Liberty City n'a plus rien à voir avec la ville de GTA III. Entièrement modélisée par un moteur graphique qui marque enfin une évolution technique de la série, la cité se compose de trois îles majeures (plus une quatrième, de moindre taille) que le joueur va parcourir d'est en ouest, au cours de son périple. Un joueur qui va parfois avoir l'impression de n'être qu'une brindille parmi d'autres au milieu de cette jungle urbaine qui fourmille de petits détails. Liberty City a une âme et n'a nullement besoin des faits et agissements de Niko pour vivre et voir sa population vaquer à ses occupations. De l'aube au crépuscule, ceux-ci vont se promener, faire leur jogging, nettoyer leur devant de porte, répondre au téléphone, allumer des cigarettes, faire leurs courses et parfois se soumettre à l'autorité des forces de l'ordre, omniprésentes. Niko commence et finira l'aventure comme un citoyen parmi des millions d'autres, sans être cet aimant à catastrophes que pouvaient être ses prédécesseurs. Plus que jamais, la discrétion est de mise et quiconque refusera de se la jouer profil bas en subira les conséquences qui pourront se traduire tantôt par une arrestation, tantôt par une mort provoquée par une fusillade entre Niko et les forces de police..... lire la suite

Les commentaires sont fermés.